Consommation à faible risque

  • La majorité de la population suisse se trouve dans cette catégorie de buveurs.
  • Fixer les limites d’une consommation à faible risque est une entreprise difficile, notamment parce que :
    • Une consommation modérée est en général considérée comme protectrice, un effet cependant largement surestimé. Le rapport entre consommation d’alcool et mortalité globale a la forme d’un J : les abstinents et gros buveurs présentent un risque de mortalité plus élevé que les buveurs modérés. Il est néanmoins possible, sur la base d’études scientifiques et de principes de santé publique, de formuler des recommandations judicieuses pour une consommation à faible risque.
    • Une consommation à faible risque est inférieure aux seuils de consommation à risque et n’entraîne a priori aucune conséquence physique, psychique ou sociale préjudiciable.
  • Les recommandations de la consommation à faible risque varient (cf. tableau ci-dessous). Elles ont cependant tendance ces dernières années, à être ajustées vers le bas. Afin d’éviter tout dommage à long terme, il est recommandé aux femmes de consommer au maximum 10-12 g d’alcool pur par jour, et aux hommes 20-24 g.
    Les jeunes âgés de 16 à 18 ans devraient boire nettement moins et plus rarement de l’alcool, car leur organisme est encore en train de croître. L’alcool est susceptible de provoquer des dommages cérébraux.
  • Le concept de compétence face au risque comprend le développement d’une conscience du risque de la part des personnes qui utilisent des substances (y compris l’alcool), dans l’idée d’une gestion sûre et responsable de la consommation, Cet usage doit faire l’objet d’un apprentissage par les jeunes (voir Analyse de la littérature sur la compétence face au risque et la maturité en matière de drogues, en allemand: Académie des dépendances Compétence en matière de consommation : entre responsabilité individuelle et responsabilité collective).

Recommandations et valeurs limites

Pour des raisons biologiques, les femmes sont généralement plus vulnérables à l’alcool que les hommes. Il y a par ailleurs des situations dans lesquelles même une faible consommation d’alcool comporte des risques (cf. aussi Consommation inadaptée à la situation), par exemple chez les enfants, durant la grossesse ou en raison d'interactions lors de la prise de certains médicaments.

Suisse*

Hommes

 

 

Femmes



Tous

30 g d’alcool pur (= au maximum 3 boissons standard par jour, réparties sur plusieurs heures)

 

20 g d’alcool pur (= au maximum 2 boissons standard par jour)

 

Env. 2 jours sans alcool par semaine, afin d’éviter l'apparation de la tolérance

OMS

Hommes

 

Femmes

Au maximum 3 boissons par jour

 

Au maximum 2 boissons par jour

Jamais plus de 4 boissons lors d’occasions particulières

Canada

Hommes et Femmes

Au maximum 1 boisson par heure

 

Au maximum 3 boissons par jour

Au maximum 4 boissons à la suite

Grande Bretagne

Hommes

 

Femmes

< 21 boissons par semaine

 

< 14 boissons par semaine

*Les recommandations ne sont pas uniformes en Suisse.

 

Impressum