Grossesse

  • L’alcool est cytotoxique et peut provoquer de graves dommages tout au long du développement du fœtus.
  • L’alcool traverse rapidement la barrière placentaire; il est susceptible de perturber le développement de tous les organes du fœtus et particulièrement du système nerveux central (SNC).
  • Une grossesse sans alcool est la seule manière de prévenir tout risque de troubles liés à une alcoolisation fœtale.
  • Cette mesure de précaution est recommandée, bien que selon la recherche actuelle, une petite quantité d’alcool (moins d’un verre par semaine) ne semble pas être corrélée avec une augmentation du risque de troubles liés à une alcoolisation fœtale.
  • L’ensemble des troubles qui se manifestent en lien avec une alcoolisation fœtale, et peuvent se manifester à tout âge, sont regroupés sous l’appellation FASD (Fetal Alcohol Spectrum Disorder) ou ETCAF (Ensemble des troubles liés à une alcoolisation fœtale). La forme la plus grave, mais aussi la plus rare, est le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF).
  • Comme près de la majorité des grossesses ne sont pas planifiées, il s’agirait d’informer de manière intensive les femmes enceintes et en âge de procréer.
  • En général, les femmes enceintes, qui souhaitent le devenir ou qui allaitent se comportent de manière raisonnable en matière d’alcool.
  • Cependant près de 14 % des femmes en Suisse ont consommé (occasionnellement) de l’alcool durant la grossesse.


Les facteurs de risque associés à une consommation d'alcool durant la grossesse comprennent notamment :

  • Le tabagisme ou une consommation d’autres substances psychoactives (soi-même ou par le partenaire)
    De faibles revenus (voir aussi situation sociale)
  • Egalement un haut niveau d’études ou le fait de faire partie d'une catégorie socio-professionnelle élevée (en cause : stress, fortes responsabilités, occasions de convivialité, rites d’alcoolisation collective entre jeunes)
  • Une santé psychique moindre ou le fait d’avoir été exposée à de la violence

 

Impressum