Sevrage

  • Les personnes dépendantes à l’alcool peuvent présenter un syndrome de sevrage lorsqu’elles arrêtent de boire ou réduisent leur consommation. Les symptômes surviennent en général dans les 6 à 8 heures qui suivent l’arrêt de la consommation, souvent avant que l’alcoolémie arrive à zero ‰. Les symptômes sont particulièrement marqués dans les 24 à 48 heures et ils s’atténuent dans les 7 jours suivants.
  • Il existe deux principales catégories de symptômes :
    • Système nerveux autonome : tremblements, transpiration excessive, tachycardie, hypertension artérielle
    • Neuropsychiatriques : nervosité, agitation psychomotrice, irritabilité, insomnies, troubles de la concentration, craving et troubles anxieux.
  • 30-40% des patients présentent peu ou pas de symptômes. 50% environ développent un syndrome modéré et 10-15% un syndrome sévère. Les complications les plus sérieuses sont les crises convulsives généralisées (épilepsie) ou un delirium tremens avec troubles de l’orientation, hallucinations visuelles et auditives, manifestations végétatives sévères et potentiellement fatales.
  • Les personnes dépendantes à l’alcool essaient souvent de faire un sevrage sans soutien professionnel. Il est donc important de disposer de diverses possibilités de traitement, facilement accessibles, auprès du médecin de premier recours ou dans un centre spécialisé dans les addictions, sur un mode ambulatoire ou résidentiel.
  • Outre la désintoxication et le traitement des symptômes de sevrage, le sevrage dit qualifié comprend également des interventions thérapeutiques spécifiques à l’addiction (approches motivationnelle et psycho-éducative).
  • La plupart des sevrages peuvent se faire sur un mode ambulatoire, en l’absence de facteurs de risque.
  • Un traitement médicamenteux du syndrome de sevrage peut être indiqué. Les benzodiazépines sont les médicaments de choix, tant pour traiter les symptômes de sevrage, que pour prévenir les convulsions et le delirium tremens.
  • Un sevrage en milieu résidentiel doit être envisagé en présence d’un ou de plusieurs des critères suivants. Dans la mesure du possible, le choix du patient doit être respecté.
  • Facteurs de risque :
    • Antécédents de complications lors de sevrage antérieurs (crises d’épilepsie, delirium)
    • Atteinte somatique importante, intoxication sévère, maladie infectieuse aiguë.
    • Sévérité croissante des symptômes de sevrage, en particulier lors d’apparition de délire
    • Absence d’un réseau de soutien
    • Dépistage positif pour d’autres substances psycho-actives, en particulier benzodiazépines et substances illicites
    • Tachycardie > 120/min
    • Comorbidité somatique ou psychique, par exemple maladies cardiaques, diabète difficile à contrôler, maladies pulmonaires obstructives chroniques.

Lecture recommandée (en anglais) : Outpatient Management of Alcohol Withdrawal Syndrome (Herbert et al. 2013)

 

Impressum