Status somatique

Aucun des symptômes mentionnés ici ne suffit à lui seul pour poser le diagnostic d’une consommation excessive d’alcool. Ils doivent cependant attirer l’attention du praticien et l’inciter à aborder la question de l’alcool avec son patient.

  • En général :
    • Haleine alcoolisée ; labilité végétative, en particulier tendance accrue à la sudation (mains moites) ; baisse de l’état général ; allure caractéristique (« ventre du buveur de bière » contrastant avec l’hypotrophie des muscles des épaules et /ou des jambes)
  • Tête :
    • Visage bouffi, rougi avec télangiectasies ou pâle ; rhinophyma ; hyperhémie des conjonctives
  • Thorax :
    • Tachycardie, hypertension artérielle
    • Gynécomastie
  • Abdomen :
    • Troubles gastro-intestinaux, hépatomégalie, ascite, ventre glabre
  • Neurologie :
    • Neuropathie périphérique
    • Tremblement des mains (tremor)
    • Démarche incertaine (maladroite, jambes écartées)
  • Peau :
    • Télangiectasies, érythème palmaire, atrophie (peau fine et transparente), modifications des ongles.

Examens de laboratoire

  • Hémogramme, VGM
  • GGT, ASAT, ALAT
  • GGT généralement beaucoup plus élevées (3x) qu’ASAT ou ALAT
  • ASAT plus élevée qu’ALAT
  • Rapport GGT/ALAT supérieur à 1
  • Rapport ASAT/ALAT supérieur à 1, le plus souvent supérieur à 2
  • CDT témoigne d'une consommation d’alcool au cours des 7 à 14 derniers jours
  • Phosphatase alcaline, bilirubine, Quick, albumine
  • Marqueurs biologiques

Evaluations des questions alcool en médecine du trafic

  • Paramètres sanguins (marqueurs non spécifiques de l’alcool) : ASAT, ALAT, GGT, CDT, VGM
  • Détection dans les cheveux d’éthyl glucuronide (EtG) un métabolite de la consommation d’alcool (marqueur spécifique)

 

Impressum