Vignette clinique

Dois-je interpeller les jeunes fumeurs sur leur consommation ?

Vous vous êtes proposé de saisir l’opportunité des maladies bénignes de vos jeunes patient-e-s pour les interpeller sur leur consommation de tabac. Mais devez-vous aussi parler de la consommation de cannabis ? Y a-t-il des situations à risque ? Et une intervention brève a-t-elle une quelconque utilité ?

Quelques réflexions à ce propos

  • Tout d’abord, l’adolescent doit pouvoir établir une relation de confiance fondée sur de nouvelles bases avec le médecin de famille, sachant qu’il venait auparavant accompagné de l’un de ses parents. Les nouveaux droits en matière de confidentialité et surtout de codécision doivent donc lui être clairement expliqués.
  • Demander ce qu’il en est de sa consommation de THC fait partie des questions normales de screening (cf. Signes avant-coureurs) au même titre que les questions concernant d’autres substances potentiellement nocives.
  • Il est important de poser des questions permettant d’obtenir des indications sur une éventuelle consommation problématique de cannabis.
  • Une enquête représentative effectuée en Suisse en 2010 au sein de la population des 13-29 ans a montré que 2.3% des personnes interrogées présentaient une consommation problématique de cannabis.
  • Diagnostiquer une consommation problématique de cannabis implique aussi de proposer des offres concrètes de soutien; voir à ce sujet Possibilités d’intervention.
  • En cas de doute, il est recommandé de prendre contact avec un Service spécialisé, un collègue expérimenté en la matière ou de faire appel à help@.

 

Impressum