Toxicologie et effets secondaires

  • Toxicité :
    • La toxicité du cannabis est considérée comme faible.
    • On ne recense, ni en Suisse, ni à l’étranger, de décès pouvant être imputé à une consommation unique de cannabis à forte teneur en THC.
    • Si l’on transpose à l’homme la dose de THC nécessaire pour tuer un singe rhésus, il faudrait qu’il fume en peu de temps quelque 100 g de cannabis.
    • L’utilisation de préparations de cannabis à forte teneur en THC peut entraîner des réactions psychotiques:
      • hallucinations visuelles et auditives, délire de persécution;
      • angoisse et attaques de panique, crainte de perte de contrôle et/ou peur de perdre la raison.
  • Effets secondaires :
    • Yeux rouges (hyperhémie conjonctivale)
    • Chute de la température corporelle
    • Sécheresse des muqueuses
    • Sensation de faim
    • Elévation de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque en position couchée et leur baisse en position debout
    • Distorsion de la perception temporelle
  • Traitement de l’intoxication au cannabis :
    • Il suffit en général de créer une atmosphère paisible en parlant bas (talking down). Il n’est généralement pas nécessaire d’administrer des médicaments; le cas échéant, on suivra les règles d’un traitement symptomatique à court terme.
    • Une fois la phase d’ivresse passée, l’effet apaisant du cannabis redevient prédominant.
  • Attention :
    • Il n’y a pas de relation linéaire entre concentration plasmatique et ivresse, les facteurs exogènes influant fortement le ressenti subjectif.
    • Le syndrome amotivationnel (léthargie, passivité, insensibilité affective, manque d’intérêt), souvent cité comme découlant de la consommation de cannabis, n’a jamais pu être confirmé comme étant spécifique au cannabis. Toutefois, une consommation élevée de cannabis a généralement un impact négatif sur les performances. Il faut à cet égard rester attentif aux chevauchements entre la symptomatologie décrite et les manifestations relatives à la symptomatologie négative des troubles schizophréniques ou de la symptomatologie anhédonique des troubles dépressifs.
    • D’autres réactions et comportements, parfois attribués au cannabis, peuvent aussi avoir d’autres causes, telles que :
      • la situation familiale
      • l’appartenance sociale
      • des troubles de la personnalité.
  • Effet carcinogène du cannabis :
    • Tant la fumée de tabac que celle des canabinoïdes contiennent nombre de substances carcinogènes. Les fumeurs de cannabis inhalant plus profondément, les substances toxiques parviennent de ce fait plus profondément dans les poumons, augmentant d’un facteur d’environ 4 la charge de goudron dans leurs voies respiratoires, d’où un risque accru de cancers du poumon et des bronches.


Impressum