Réduction des risques

  • Outre les précautions habituelles concernant l’usage intraveineux, il est possible d’appliquer d’autres mesures de réduction des risques liés à l’usage de cocaïne, quelle que soit la voie employée. Par exemple : faire des pauses (ne pas consommer) durant quelques jours, veiller aux quantités consommées.  
  • En général, il est préférable d’éviter de boire de l’alcool lorsque l’on consomme de la cocaïne, en raison du risque accru d’infarctus et de lésions rénales et hépatiques à long terme induites par le coca-éthylène. A l’inverse, la consommation simultanée de cocaïne lorsque l’on boit de l’alcool augmente le risque d’une intoxication alcoolique et d’un comportement agressif, en raison de l’inhibition de l’appréciation du degré d’alcoolisation.
  • La combinaison de cocaïne avec d’autres substances qui augmentent la concentration de dopamine dans la fente synaptique ou qui sollicitent encore davantage le système cardiovasculaire doit être évitée. Par exemple : amphétamines, méthamphétamines, méthylphénidate, khat, etc. D’autres substances qui peuvent induire des complications en raison d’une surcharge cardiovasculaire sont : les béta bloqueurs, les inhibiteurs de la monoamine-oxydase, la kétamine, et finalement le viagra.
  • Lors de consommation par voie nasale, des soins réguliers de la muqueuse et de la cloison nasale sont indiqués. Des huiles naturelles sont particulièrement bénéfiques, et moins les sprays nasaux qui peuvent encore davantage accentuer la sécheresse des muqueuses. Il est préférable d’affiner au maximum la cocaïne sur une surface plane, propre et sèche. Une poudre fine risque moins de s’accrocher aux poils et d’endommager la muqueuse.  
  • L’usage et le partage des billets de banque, ainsi que de pailles avec des bords tranchants doit être évité, en raison du risque de transmission de l’hépatite C. D’autres conseils pour réduire les risques du sniff figurent sur le site de la Fondation dépendances Trans-AT et Nuit Blanche (safer sniffing).
  • Lorsque la cocaïne est fumée, nettoyer et désinfecter régulièrement le matériel (voir aussi Problèmes somatiques). Des pauses régulières permettent de prévenir les bronchites. Le cas échéant, elles sont à traiter.
  • Finalement, il est recommandé de boire régulièrement et suffisamment pour prévenir la déshydratation, mais pas de l’alcool !

Consommation contrôlée

  • De nombreuses personnes ne parviennent pas à interrompre leur consommation de cocaïne et à rester abstinents de but en blanc. Souvent, et sur une période relativement longue, les usagers vont tout d’abord réduire la quantité consommée lors de chaque occasion, puis la fréquence des occasions. Des agendas de consommation quotidienne peuvent faciliter le contrôle par étapes avant l’abstinence.
  • Voir le site (en allemand) www.snowcontrol.ch qui permet de contrôler sa consommation et propose un agenda en ligne.

 

Impressum