Introduction

  • On emploie souvent les termes « drogues de synthèse », « drogues récréatives »,
    « substances festives », « nouvelles substances psycho-actives », « substances synthétiques » ou « nouveaux produits de synthèse » pour nommer les substances consommées dans un cadre festif. Leurs définitions manquent de clarté, ne reposent pas sur des critères précis et se chevauchent. Le terme « drogues de synthèse », considéré comme le plus approprié pour les qualifier dans leur ensemble, est employé ici.
  • Ces termes prêtent à confusion, car les drogues de synthèse sont aussi consommées en dehors du cadre festif.  
  • Les drogues de synthèse comprennent des substances licites et illicites.
  • Même si l’usage de drogues de synthèse paraît répandu, particulièrement dans le cadre festif, des intoxications sévères semblent rares.
  • De nouvelles substances psycho-actives (NPS), intitulées « legal highs » (« défonce légale » ou « euphorisants légaux ») ou « research chemicals » (« produits chimiques de recherche »), imitent généralement les effets des substances illicites. Il s’agit souvent de produits dérivés de la recherche pharmaceutique ou de composés inconnus qui n’ont pas fait l’objet de recherche clinique, et qui n'ont pas encore été classés comme médicament ou substances illicites.
  • Les drogues de synthèse ont des effets très variables. Une dépendance au sens de la CIM-10 avec des critères caractéristiques tels qu’augmentation des doses, sevrage, apparition d’une tolérance, etc. ne survient pas systématiquement pour toutes ces substances. On parle donc davantage d’un usage abusif ou nocif.
  • Tout usage de substances psycho-actives, et donc également de drogues de synthèse, présente des risques. L’usager doit en être informé, afin d’éviter, dans la mesure du possible, les dommages somatiques et psychiques.
  • Les conséquences à long terme d’un usage continu et/ou à fort dosage restent inconnues.
  • Les substances acquises illégalement, de par leurs composés et dosages inconnus, présentent des risques importants. Ceci est valable tant pour les drogues de synthèse que pour le cannabis, la cocaïne ou l’héroïne. Pour les drogues de synthèse, le testing avant ou durant les fêtes est une mesure efficace pour éviter de consommer une substance au contenu ou au dosage indésirable. Cette mesure n’est actuellement disponible en Suisse que dans certaines villes (p. ex. Zürich). Cf. aussi Ch. Précautions pour un usage à moindre risque.

Buts

Méthodes

 

Impressum