Hépatites

Sérologies

  • Lors du premier contact, avant de débuter le TBS, les sérologies suivantes sont recommandées :
    • anticorps anti-VHC (dépistage de l’hépatite C)
      • si positifs : VHC ARN (charge virale) et génotype
    • anticorps anti-HBc (dépistage de l’hépatite B, positifs en cas de contact antérieur avec le virus de l’hépatite B)
    • antigènes HBs (indique la présence du virus de l’hépatite B)
    • anti-HBs (aussi bien après vaccination qu’après dépistage positif de l’hépatite B).
  • Attention : les transaminases ne sont pas un test de dépistage. Elles peuvent être normales en présence d’une atteinte hépatique virale sévère.
  • Si l’antigène HBs et les anticorps l’anti-HBc sont négatifs, la vaccination contre l’hépatite B est indiquée (trois doses). La réponse au vaccin peut être mesurée quatre semaines après la dernière injection. Un titre d’anticorps anti HBs supérieur à > 100 est protecteur à vie.
  • Lors de sérologies négatives, la vaccination doit absolument être recommandée, indépendamment des comportements à risques.

Vaccinations

  • L’idéal est d’employer le vaccin combiné contre l’hépatite A et B (remboursé par l’assurance maladie obligatoire lors d’usage de substances par voie intraveineuse).
  • Schéma de vaccination :
  • hépatite B seule : injection d’Engerix ou de Gen HB-Vax, à J0, J30 et J180
  • hépatite A et B : Twinrix à J0, J30 et J180.
  • Il n’existe pas de vaccin contre l’hépatite C. La question des vaccinations est à aborder comme une entrée en matière pour discuter de l’hépatite C (maladie, évolution, prévention, traitement éventuel).

Hépatite C

  • Si les anticorps anti-VHC sont négatifs et que l’usage par voie intraveineuse ou nasale se poursuit en parallèle au traitement, la sérologie des anticorps anti-VHC ou la recherche de l’ARN viral (lorsque les anticorps sont positifs et l’ARN négatif) est à reconduire annuellement.
  • Le génotype doit être déterminé lorsque l’ARN viral est positif.
  • Dans la mesure du possible, les personnes avec un test qui confirme la présence du virus de l’hépatite C (ARN positif) devraient bénéficier d’un traitement.
  • Il est possible de guérir d’une hépatite C. Les dernières recommandations de traitement figurent ici : https://sasl.unibas.ch/6SASLguidelines.php
  • Un traitement de l’hépatite C chez des personnes souffrant d’addictions devrait, dans la mesure du possible, être couplé à un traitement médical de l’addiction, par exemple le traitement basé sur la substitution (TBS).
  • Seuls les infectiologues, gastro-entérologues, hépatologues et médecins indiqués ayant une expérience dans la médecine de l’addiction et l’hépatite C peuvent prescrire les nouveaux médicaments sans interféron pour l’hépatite C. L’OFSP a établi une liste qui répertorie ces professionnels et s'actualise à chaque nouvelle admission de médecins.

Sur l’hépatite C, voir également l’article sur l’épidémiologie de l’hépatite C en Suisse et le rôle des professionnels de premiers secours de Philip Bruggmann - Centres de médecine de l'addiction Arud – Praxis 2016

 

Impressum