Sevrage partiel / consommations contrôlées

Comme lors de tout sevrage, le patient doit être dûment informé de la perte de tolérance (méthadone / lévométhadone / SROM).

La baisse partielle de la consommation ou l’arrêt des consommations parallèles dans le cadre d’un TBS :

  • peut être un but réaliste qui renforce la confiance en soi du patient
  • a un effet de réduction des risques
  • améliore la situation financière
  • aide à stabiliser sa situation personnelle
  • permet d’avoir « l’esprit plus clair »
  • peut ainsi être un bon point de départ pour planifier de nouvelles étapes dans le traitement.

Sevrage partiel

  • Le sevrage partiel comprend l’arrêt d’une ou de plusieurs substances, tout en maintenant le TBS (sevrage d’alcool, de cocaïne, de benzodiazépines par exemple).
  • Un sevrage partiel peut être mené en ambulatoire ou en milieu résidentiel :
    • Milieu résidentiel : les objectifs sont à définir au plus tôt grâce à un entretien préparatoire si possible en présence des intervenants du réseau.
    • Ambulatoire : il est souvent possible de parvenir à un sevrage partiel d’alcool ou de benzodiazépines en augmentant la posologie de méthadone, de lévométhadone ou de buprénorphine.

Consommation contrôlée

  • L’arrêt complet de l’usage de substances n’est pas toujours possible, ni forcément judicieux.
  • En milieu résidentiel, la consommation de substances illicites, d’alcool et de benzodiazépines n’est tolérée que lors de « rechutes ». Par conséquent, l’alternative de l’usage contrôlé est à peine envisageable dans un tel contexte. En ambulatoire par contre, il existe KISS (en allemand) par exemple.

 

Impressum