TBS et migration

  • En Suisse, une proportion d’environ 20% des personnes en traitement de substitution sont des migrants ou issus de parents migrants.
  • L’absence de prise en considération des aspects linguistiques et culturels représente une sérieuse menace pour la qualité du lien thérapeutique.
  • La situation de migration peut conduire les personnes bénéficiant d’un traitement de substitution à accroître leur manque de confiance, avec parfois un important sentiment de honte vis-à-vis de la prise en charge.
  • La mise sur pied d’une relation de confiance est ainsi une priorité, en amont des enjeux liés à l’information elle-même.
  • L’implication des proches dans la prise en charge aide généralement à augmenter de manière significative l’adhésion au traitement.
  • Lorsqu’il y a des difficultés d’ordre linguistico-culturelles, il est indiqué d’impliquer un traducteur accrédité. Il est souvent délicat, voire contre-indiqué d’impliquer des membres de l’entourage pour assurer la traduction.
  • Vous trouverez ici une liste de centres mettant à disposition des traducteurs en Suisse et d’autres informations utiles. Il est aussi possible d’appeler le Service national d’interprétariat communautaire par téléphone au numéro 0842 442 442 (prestations payantes).
  • Un accompagnement psycho-social par une institution ayant des compétences transculturelles peut être indiqué.
  • Des informations sur la vie pratique en Suisse à l’intention des personnes migrantes sont disponibles en de nombreuses langues sur le site www.migraweb.ch.
  • D’autres informations sont également disponibles sur www.migesplus.ch ou sur la page web de la Croix-Rouge suisse.
  • Le site www.infodrog.ch met à disposition le manuel "Intervention spécifique à la migration dans le domaine des dépendances. Implications pour la pratique" (Infodrog éditeur, 2009).



Impressum