Travail sur la relation

La plupart des personnes dépendantes souffrent de difficultés relationnelles importantes. Il est fréquent que ces personnes se soient émotionnellement développées dans un environnement familial problématique avec, pour conséquences, un accès perturbé à l’auto-perception des états émotionnels et des troubles importants de l’estime de soi. Par la suite, on observe chez ces personnes un manque de confiance en soi et dans les tiers avec, pour répercussions, une limitation des aptitudes à créer des liens et des difficultés à établir des relations sécurisantes et stables, en particulier dans l’environnement scolaire ou professionnel. Ci-dessous, quelques remarques au sujet du travail thérapeutique sur la relation:

  • la durée d’un traitement de substitution étant longue, le médecin traitant peut développer avec la personne traitée une relation de soutien solide, cet accompagnement à long terme se déroulant aussi bien dans les périodes d’amélioration que de péjoration;
  • le médecin traitant trouvera, avec l’expérience, un équilibre approprié entre fermeté et humanité;
  • il est particulièrement important d’être préparé à aborder les situations des chutes / rechutes;
  • des techniques d’entretien spécifiques sont particulièrement utiles (p. ex., entretiens motivationnels);
  • il y a lieu de prendre en considération certains aspects spécifiques, comme la dimension genre, la situation de migration, etc.;
  • si le travail sur la relation se révèle particulièrement épineux, il peut être utile de se référer à un centre spécialisé dans les traitements de substitution;
  • sous l’onglet "Manifestions", vous trouverez différentes possibilités d’intervisions avec des collègues spécialistes du domaine des addictions.
  • Un extrait du livre « Recommandations pour la consultation dans les traitements basés sur la substitution » écrit par Otto Schmid et Thomas Müller aborde différents aspects dans le sens d’une relation thérapeutique bienveillante et constructive avec les patients.

Le problème des rendez-vous manqués

  • Clarifier avec la personne traitée quelles sont les plages horaire qui conviennent le mieux aux rendez-vous (en tenant compte, notamment, du rythme veille / sommeil).
  • Insister pour que le patient inscrive le rendez-vous dans son téléphone portable (alarme) ou sur un autre support.
  • Planifier l’entretien de manière à pouvoir effectuer des activités alternatives.
  • Lorsqu’un rendez-vous est manqué, prenez le temps de voir en détails avec la personne traitée les difficultés sous-jacentes, afin de trouver d’autres possibilités de rendez-vous réalistes.
  • De manière générale, l’expérience suggère que le fait de se sentir traité avec égard et respect par ses soignants améliore la motivation et la capacité à tenir les rendez-vous.

 

 

Travail sur la relation