Grossesse

  •  Pendant la grossesse, les fumeuses, aussi bien actives que passives, courent un gros risque pour leur santé et celle de leur bébé.
  • Fumer réduit non seulement l’appétit pour les aliments sains et le métabolisme de vitamines importantes, mais a aussi de nombreux autres effets néfastes sur l’enfant à naître. L’effet vasoconstricteur de la nicotine porte atteinte à l’oxygénation du placenta et donc du bébé. La nicotine passe sans problème du placenta au fœtus et a un impact direct sur celui-ci, par exemple accélération de la fréquence cardiaque.
  • En outre, la fumée de cigarette contient de nombreuses autres substances nocives, p. ex. goudron, arsenic, benzène, cadmium, cyanure d’hydrogène, plomb et monoxyde de carbone (swissmom.ch).
  • Le tabagisme, que ce soit par consommation active ou par exposition passive, est le principal facteur de risque réversible d’échec de la grossesse.1
  • Si toutes les femmes enceintes arrêtaient de fumer, on pourrait éviter 10% des décès périnataux, 35% des insuffisances de poids à la naissance et 15% des naissances prématurées.1
  • Des faits bien documentés sont la hausse du risque d’infertilité, de position basse du placenta et de décollement prématuré du placenta chez les fumeuses. L’accroissement du risque de naissance prématurée est aujourd’hui estimé à environ 30%.1
  • Le risque de mettre au monde un enfant présentant un faible poids à la naissance baisse à un niveau moyen si la femme arrête de fumer avant la grossesse ou pendant les trois premiers mois.
  • Chez les hommes, fumer porte atteinte au patrimoine génétique des spermatozoïdes. Cela peut nuire à la fertilité masculine, entraîner des fausses-couches ou des anomalies congénitales.
  • Une fumeuse enceinte est plus souvent victime de complications, d’un accouchement prématuré ou de naissance d’un enfant mort-né. Les enfants prématurés présentent un plus grand risque de décès précoce, de handicap et de maladie.
  • Les enfants de fumeuses ont souvent de moins bonnes fonctions pulmonaires et un poids plus faible à la naissance. La probabilité de mettre au monde un enfant présentant un faible poids à la naissance baisse à un niveau moyen si la femme arrête de fumer avant la grossesse.
  • Les enfants dont la mère fumait pendant la grossesse ont un plus grand risque d’avoir plus tard des allergies et/ou de l’asthme. À ce sujet, considérer également le fait que les affections des voies respiratoires telles que l’asthme sont nettement plus fréquentes chez les enfants de fumeuses, ce que l’on ne peut pas mettre uniquement sur le compte de l’exposition postnatale aux toxines. Les enfants de mères fumeuses présentent de nombreux problèmes comportementaux pouvant aller jusqu’à la délinquance. Bien sûr, il est à cet égard très difficile d’isoler l’influence de l’exposition au tabac d’autres variables psychosociales. Parmi les troubles d’ordre pédopsychiatrique, une plus grande fréquence du TDAH est particulièrement mentionnée.1
  • La mort subite du nourrisson est 2 à 4 fois plus fréquente chez les enfants de fumeuses. Le mécanisme pathologique supposé est une affection des régulations autonomes en situation de stress cardio-respiratoire, mais il est difficile à cet égard de distinguer les effets pré- et postnataux du tabac.1
  • Les nouveau-nés de fumeuses sont dans l’ensemble moins souvent allaités et l’allaitement est moins long. À cet égard, la nicotine réduit d’une part la sécrétion de prolactine, entravant ainsi l’allaitement, mais d’autre part, des décisions conscientes des mères jouent aussi un rôle.1
  • Il faut encourager les femmes enceintes à arrêter de fumer et ce, sans traitement médicamenteux (voir également Varénicline et Bupropion). Il est très important de les soutenir particulièrement, y compris par des méthodes non conventionnelles telles que vacances pour arrêter de fumer, yoga ou massages pour aider à arrêter. En effet, arrêter de fumer est le plus beau cadeau qu’une mère puisse faire à son bébé.
  • Au sujet de la désaccoutumance au tabac pendant la grossesse, voir également l’article Désaccoutumance au tabac: mise à jour 2011, 2e partie.
  • Plus d’informations pour les femmes p. ex. sur le site www.swissmom.ch (en allemand).


1Singer, M., Batra, A., Mann, K. (Hrsg.) (2011) : Alkohol und Tabak. Grundlagen und Folgeerkrankungen. Stuttgart : Thieme (S. 427-430).

 

 

 

 

 

 

Impressum