Adolescents

Les adolescents avec une consommation problématique d’alcool, de substances psycho-actives et/ou un comportement à risque ne fréquentent généralement guère les cabinets des médecins de famille. Ce sont davantage leurs parents inquiets qui sont en quête de conseils et d’informations. Une attention particulière est nécessaire pour permettre un dépistage et une intervention précoces.

Recommandations concernant la consommation d’alcool

  • Pour des raisons de santé, les enfants et adolescents de moins de 16 ans ne doivent pas boire d’alcool (CFAL)
  • Il convient de respecter des mesures de précaution jusqu’à 25 ans car l’organisme est encore en développement et reste particulièrement vulnérable face aux effets de l’alcool (Repères relatifs à la consommation d’alcool)
  • En cas d’hospitalisation d’adolescents/mineurs pour intoxication alcoolique (voir Binge drinking), il convient de prendre contact avec les parents ou le représentant légal et de proposer de s’adresser à un centre spécialisé dans les dépendances ou de faire une consultation pour adolescents (voir aussi le Guide pour les parents)

Comportements à risques

  • La consommation excessive et les comportements à risque surviennent souvent pendant le temps libre (fêtes, lieux publics, etc.). Ils sont en partie associés à la prise d’autres substances psycho-actives (mélange avec du cannabis, de la cocaïne, des amphétamines, de l’ecstasy, etc.)
  • Bien que la consommation individuelle d’alcool a globalement baissé ces dernières années, le nombre d’adolescents traités dans les hôpitaux suisses pour intoxication alcoolique a augmenté ; une hausse significativement plus élevée (35 %) a été observée chez les filles et les jeunes femmes (voir Binge drinking)
  • Un début précoce de consommation entre 11 et 15 ans est associé à un fort risque de développement d’une alcoolodépendance

Marche à suivre en cas d’intoxication alcoolique/ troubles liés à l’alcool

  • En cas d’hospitalisation d’adolescents/mineurs pour intoxication alcoolique (voir Binge drinking), il convient de prendre contact avec les parents et de proposer le conseil d’un centre spécialisé dans les dépendances ou une consultation pour adolescents
  • L’entretien motivationnel s’avère approprié comme intervention brève auprès des adolescents ayant fait une intoxication alcoolique pour les amener à réduire les quantités bues et les comportements à risques
  • Une thérapie comportementale cognitive et des thérapies familiales multidimensionnelles et intégratives sont efficaces dans le cadre du traitement de troubles liés à l’alcool chez l’enfant
  • Une assistance éducative (p. ex. coaching familial) et des mesures psychosociales permettent de réduire la consommation d’alcool des adolescents

Informations et conseils

  • Des centres spécialisés dans la dépendance à l’alcool et dans les troubles de l’addiction existent dans de nombreuses villes et localités ; ils répondent aux questions, proposent une évaluation de l’aide nécessaire et apportent aussi conseil et accompagnement des proches
  • Si besoin, ces centres mettent aussi les familles en contact avec des services spécialisés (p. ex. services psychiatriques pour enfants/adolescents en cas de troubles du comportement)
  • Des informations et des conseils destinés aux adolescents sont également disponibles sur Internet : www.alcooquizz.ch, www.feel-ok.ch, www.ciao.ch
  • Une brochure destinée aux parents est disponible sur Addiction Suisse : Alcool - En parler avec les ados - Guide pour les parents 

 

Impressum