Diagnostic

  • Les troubles liés à l’alcool se développent généralement au cours d’une consommation chronique d’alcool s’étendant sur plusieurs années et sont souvent sous-diagnostiqués
  • Le dépistage d’une consommation d’alcool problématique ou nocive est conseillé chez les patients entre 14 et 70 ans lorsque la consommation est fréquente et en présence de risques
  • Le dépistage d’une consommation d’alcool problématique / d’une alcoolodépendance peut être intégré régulièrement dans l’anamnèse
  • Les questionnaires de dépistage (p. ex. AUDIT) peuvent venir appuyer le diagnostic ; les marqueurs biologiques du diagnostic de routine (p. ex. GGT, MCV) ne sont pas spécifiques et peuvent permettre d’aborder le sujet de la consommation d’alcool. Les marqueurs biologiques spécifiques (p. ex. CDT, EtG) sont généralement réservés aux questions relevant de la forensique (voir Dépistage)
  • Objectifs du dépistage précoce
    • Diagnostic exact et évaluation du degré de sévérité dès que possible
    • Évaluation de la chronicité et du pronostic
    • Traitement précoce des troubles liés à l’alcool
    • Évitement des maladies associées
  • Marche à suivre (voir Algorithme alcool)
  • Compilation de la fréquence et de la quantité d’alcool bue lors d’un jour de consommation type
  • La qualité de l’évaluation est meilleure si l’on questionne aussi sur la consommation pendant le week-end
  • Pour évaluer l’ivresse ponctuelle, s’informer sur la consommation particulièrement élevée (« Quelle quantité maximale pouvez-vous boire ? »)
  • Les quantité relevées sont converties en grammes d’alcool pur
  • Il est recommandé d’établir la consommation d’alcool sur les 30 jours ou sur une période plus longue, p. ex. les 6 (ou 12) derniers mois (Timeline Followback Methode - TLFB)

 

Impressum