Méthamphétamine

  • d-N-Hydrochloride de méthylamphétamine
  • Synthétisée pour la première fois en 1893, commercialisée entre 1938 – 1988 comme médicament (Pervitine) et produite par millions pendant la Seconde Guerre mondiale comme Panzerschokolade(« le chocolat des panzers »)
  • Substance soumise à contrôle au sens de l’OTStup-DFI du 30/05/2011 (= « stupéfiant interdit »)
  • Amphétamine « puissance deux »

Classification

  • Upper : stimulant 

Noms courants

  • ice, crystal, pilule thaï, yaba, meth, Pervitine

Épidémiologie

  • Prévalence de la consommation au cours de l’année passée : 0,8 % chez les hommes, 0,7 % chez les femmes ; au cours du dernier mois 0,1 % ; prévalence au cours de la vie 3,5 %

Mode d’action

  • Par rapport à l’amphétamine, la méthamphétamine traverse mieux la barrière hémato-encéphalique et peut ainsi agir dans le cerveau à de plus fortes concentrations que l’amphétamine.
  • La méthamphétamine provoque une importante sécrétion de dopamine dans le système nerveux central (SNC) et de noradrénaline dans le système nerveux périphérique.

Présentation (galénique)

  • Cristaux, poudre cristalline, comprimés (« pilules thaï »)

Voies de consommation/ Dosage moyen/ Consommation simultanée de substances

  • Par voie orale (voie de consommation la moins risquée), par voie nasale et rarement injectée ou inhalée
  • Degré de pureté entre 74 et 80 % ; teneur moyenne/ comprimé : 8-16 mg ; 20-40 CHF/ pilule

Pharmacocinétique

Substrat du CYP2D6                                                                                

Biodisponibilité

Concentration plasmatique max.

Demi-vie

Métabolites actifs

Durée d’action (dose-dépendant)

Élimination

 -

3 - 6 h (par voie orale) 

 4 - 5 h

 oui *

6 - 30 h dose-dépendant

 Par voie rénale

* Amphétamine

Propriétés / effets

  • L’effet est celui des amphétamines, mais plus marqué
  • Stimulant, accroît l’énergie et les performances, euphorisant, enlève la fatigue, accroît la propension à prendre des risques, atténue les sensations de douleur, coupe-faim, augmente la confiance en soi

Recommandations pour un usage à moindre risque

  • Doser faiblement, la méthamphétamine est une substance très puissante !
  • En cas de consommation fréquente, prendre de la vitamine C et D ainsi que des minéraux (fer, calcium et magnésium)
  • Manger suffisamment après consommation pour prévenir la perte de poids
  • Voir aussi Recommandations pour un usage à moindre risque

Drug checking possible ?

Interactions

  • La prise parallèle des médicaments suivants est potentiellement fatale : en premier lieu les médicaments psychotropes et surtout les inhibiteurs de la MAO (antidépresseurs et médicaments pour la maladie de Parkinson) mais aussi les ISRS/ ISRSN et d’autres types d’antidépresseurs, de neuroleptiques ainsi qu’une partie des antidouleurs/ opioïdes.

Effets indésirables après la consommation

  • Au niveau psychique :
    • Crises d’angoisses et de panique
    • Psychose amphétaminique (semblable à une psychose paranoïde)
    • « Descente » après consommation, fatigue, troubles dépressifs, irritabilité
    • Ces modifications sur le plan psychique sont généralement réversibles
    • Potentiel addictif élevé (plus important que pour les amphétamines)
    • Craving
  • Au niveau somatique :
    • « Dissociation du corps et de l’esprit » : perte de conscience des besoins physiologiques (soif, rythme de sommeil perturbé, hyperthermie, perte de poids)
    • Mydriase, palpitations, hypertension artérielle, arythmies, hyperthermie, tremblements, trismus

Symptômes de surdosage / red flags

  • Hallucinations
  • Comportement délirant, agitation 
  • Hyperthermie
  • Hypertension artérielle, tachycardie
  • Arythmie
  • Tachypnée
  • Urine concentrée

Traitement en cas de surdosage

Grossesse / allaitement

Circulation routière / Détection

  • voir Circulation routière
  • Détection
    • Dans l’urine : 1 à 4 jours (en fonction de la dose et de la fréquence de consommation) ; 4 jours pour une consommation unique, 5 jours pour une consommation répétée ; la méthamphétamine apparaît dans l’urine 20 min après la prise)
    • Dans le sang : 48 h après une consommation unique
    • Dans la salive : 24 h (après une consommation unique), 36 à 72 h (après une consommation répétée), jusqu’à 8 jours pour une consommation chronique