Conduite de véhicules à moteur

  • Il convient de distinguer l’aptitude à la conduite (aptitude physique et psychologique générale à conduire un véhicule à moteur en toute sécurité) de la capacité de conduire (capacité physique et psychologique, limitée dans le temps et liée à un événement, à conduire un véhicule à moteur en toute sécurité). Les études montrent que la prise régulière d’opioïdes à un dosage stable ne nuit généralement pas à l’aptitude à la conduite et à la capacité de conduire.
  • Il incombe toutefois au médecin d’aviser le patient qu’il doit s’abstenir de conduire des véhicules à moteur pendant 2 à 3 semaines lorsqu’il débute un TAO (méthadone, buprénorphine, morphine à effet retard) ou si la prescription de celui-ci change, et ce jusqu’à ce que le dosage soit stable.
  • Chez les personnes suivant un TAO, les facteurs comme les traits de personnalité et la prise d’autres substances psychotropes jouent aussi un rôle dans l’aptitude à la conduite et la détermination de la capacité à conduire. Il faut en particulier citer ici les médicaments prescrits par un médecin, comme les benzodiazépines ou les antidépresseurs. Il est particulièrement conseillé d’aborder la capacité de conduire si le patient consomme de l’alcool, des benzodiazépines ou en cas de consommation simultanée de plusieurs substances.
  • Le médecin doit informer le patient des risques liés à la conduite et fournir de la documentation à ce sujet. En cas de non-observation, conformément à l’article 15d de la Loi fédérale sur la circulation routière (LCR), le médecin a la possibilité de signaler la situation à l’autorité cantonale en matière de circulation automobile.
  • Les services des automobiles cantonaux déterminent les conditions pour obtenir ou récupérer le permis de conduire.

Des informations supplémentaires sur l’usage de substances et la circulation routière se trouvent sur la page du site Infoset et auprès des services des automobiles cantonaux.

 

Impressum