Prescription médicalisée d’Héroïne (HeGeBe)

Les TAO par l’héroïne sont une réponse thérapeutique pour des personnes avec une dépendance sévère aux opioïdes auxquelles les offres de soins habituelles ne correspondent pas. Cela inclut :

  • une prescription strictement réglementée et contrôlée de diacétylmorphine (héroïne pharmaceutique)
  • un suivi psycho-social rapproché;
  • une prise en charge médicale.

La prescription médicalisée d’héroïne a été évaluée de 1994 à 1996, dans le cadre d’une étude de cohorte nationale, avant d’être intégrée dans la politique dite des quatre piliers, suite à l’Arrêté fédéral urgent du 9 octobre 1998 (Loi fédérale sur les stupéfiants et les substances psychotropes – art. 8, al. 6-8) et l’Ordonnance sur la prescription médicalisée d’héroïne du 8 mars 1999 (Ordonnance sur la prescription médicalisée d'héroïne). L’Arrêté fédéral urgent a été prolongé de juin 2003 à fin 2009. A la suite de la votation populaire en novembre 2008 (révision de la Loi sur les stupéfiants), le programme de prescription d’héroïne est désormais inscrit dans la loi et pérennisé.
Fin 2018, 1532 patients étaient traités dans 21 centres ambulatoires et une prison dans les villes suivantes : Bâle, Berne, Bienne, Brugg, Burgdorf, Cazis, Coire, Genève, Horgen, Lucerne, Olten, Reinach, Schaffhouse, Soleure, St-Gall, Thoune, Winterthur, Zoug, Zurich (2). Un nouveau centre a été ouvert à Lausanne en avril 20.

Critères d’admission

  • Age supérieur à 18 ans.
  • Dépendance sévère à l’héroïne, d’une durée de deux ans au moins.
  • Au moins deux tentatives préalables de suivre un traitement reconnu, en ambulatoire ou milieu résidentiel, interrompues ou sans résultat.
  • Conséquences somatiques, psychiques ou sociales liées à l’usage de substances.

Objectifs

(Manuel Traitement avec prescription d’héroïne)

  • Processus thérapeutique à long terme.
  • Amélioration de l’état de santé physique ou psychique.
  • Amélioration de l’intégration sociale (aptitudes professionnelles, éloignement du milieu des substances illicites, baisse des comportements délictueux).
  • L’abstinence peut être un objectif thérapeutique à long terme. S’il se révèle inatteignable ou inapproprié, le TAO peut être poursuivi indéfiniment, dans une perspective de soins palliatifs.

Résultats

(Rapport annuel)

  • Santé et social
    • Amélioration de la santé physique et mentale.
    • Stabilisation des conditions de logement.
    • Reprise progressive d’activités occupationnelles ou professionnelles.
    • Diminution de l'usage de substances non prescrites.
  • Réduction significative de la criminalité
    • Diminution des revenus liés aux activités illégales de 70% en moyenne
    • Chez les patients admis en TAO 10% après dix-huit mois de traitement.
  • Relais vers d’autres options thérapeutiques
    • Une proportion importante des patients quitte le programme de prescription d’héroïne et poursuivent un TAO par la méthadone, la lévométhadone, la buprénorphine ou la morphine.
    • Une faible proportion s’oriente directement vers l’abstinence.
  • Impact économique
    • En moyenne, le traitement avec prescription d’héroïne s’élevait à CHF 57.- par patient et par jour en 2004,
    • Avantage économique global de 95 CHF par jour.
    • Economie quotidienne de CHF 38.- par rapport à l’absence de traitement.
    • Les cantons et les communes financent environ 20% des coûts et les caisses maladie 80%.
  • Réduction des consommations parallèles, en particulier de cocaïne
    En juillet 2004, une étude pilote a évalué l’intérêt du méthylphénidate (Ritaline®) chez les patients traités par l’héroïne et consommateurs de cocaïne.
  • Amélioration du suivi des patients avec des comorbidités.
  • Pour chaque personne, déterminer quel est le meilleur traitement à un moment donné (selon l’opportunité)
  • Les centres spécialisés dans la prescription d’héroïne ont tendance à aller dans le sens d’une diversification pour recourir également aux autres médicaments agonistes opioïdes.

Prescription d’héroïne à l'étranger

Les prescriptions médicalisées d’héroïne sont autorisées dans plusieurs pays européens, notamment en Grande-Bretagne, Hollande, Allemagne et au Danemark (2012).

Contact

Office fédéral de la santé publique (OFSP)
Division Prévention des maladies non transmissibles
CH-3003 Berne
www.bag.admin.ch
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Impressum