SROM (Sevre-Long)

Suspension d’approvisionnement de Sevre-Long® (SROM)

SSAM, Juillet 2021

Remarque préliminaire

L’approvisionnement du médicament Sevre-Long® (SROM) a récemment été suspendu à l’échelle européenne, et ce pour une durée indéterminée. En Suisse, cela représente un réel défi pour un grand nombre de patients qui prennent Sevre-Long dans le cadre d’un traitement agoniste opioïde (TAO) ainsi que pour les médecins qui prescrivent ce médicament.
Pour les patients concernés, l’intolérance aux effets secondaires d’autres traitements agonistes opioïdes est souvent à l’origine de la prescription de SROM ou d’un changement de traitement initial en faveur de SROM. D’un point de vue médical, revenir à ces autres traitements autorisés dans le cadre d’un TAO n’est ni justifiable ni réalisable.
Afin de garantir l’approvisionnement et la continuité du traitement de ces patients, il faut obligatoirement recourir à d’autres préparations à base de SROM qui ne sont toutefois pas autorisées dans le cadre d’un TAO. Mais contrairement à d’autres pays, comme l’Autriche, la Suisse ne prévoit pas de médicaments alternatifs autorisés dans le cadre d’un TAO.
Il est théoriquement possible d’imaginer qu’un tel traitement off-label ne puisse plus être pris en charge par les caisses d’assurance-maladie. En pratique, rien de tel n’a heureusement été porté à notre connaissance.
Pallier cette suspension d’approvisionnement, c’est-à-dire recourir temporairement à d’autres préparations à base de SROM autorisées dans le cadre d’un TAO, ne doit pas se faire aux frais des patients qui ont besoin de ce traitement médicamenteux. D’un point de vue médical, éthique et juridique, il n’est pas justifiable que les frais soient à la charge de personnes vulnérables et souvent en situation de précarité psychosociale.
Dans ces circonstances, une prise en charge financière par les caisses d’assurance-maladie est indispensable afin de ne pas nuire à la poursuite d’un traitement en cours ni à un changement nécessaire de traitement.

Changement de traitement

Trois médicaments sont disponibles en Suisse à titre de substituts :

  • KAPANOL®
  • M-RETARD®
  • MST CONTINUS®

KAPANOL® et MST CONTINUS® contiennent le même principe actif que Sevre-Long® (sulfate de morphine). La forme galénique de KAPANOL® est certes légèrement différente de celle de Sevre-Long®, mais l’administration de ces deux médicaments se fait en une seule prise journalière. MST CONTINUS® a une durée d’action réduite de moitié et doit ainsi être pris deux fois par jour. M-RETARD® contient de la morphine chlorhydrate et doit également être pris deux fois par jour.

Recommandation

Quant à leur effet, ces trois substituts sont recommandés dans la même mesure. L’expérience clinique a montré que certains patients préfèrent les comprimés MST CONTINUS® en raison de leur taille leur permettant d’être plus facilement avalés que les capsules KAPANOL® de même taille. Il est toutefois possible d’ouvrir ces dernières pour en verser le contenu dans un verre d’eau. Le mélange doit être bu immédiatement après, afin de ne pas altérer l’effet retard. Comme pour Sevre-Long®, MST CONTINUS® et M-RETARD® existent en comprimé de 200 mg, ce que n’offre pas KAPANOL® (capsule de 100 mg maximum).

Dosage

Puisque toutes les préparations mentionnées contiennent pratiquement la même quantité de morphine, la conversion du dosage total journalier est de 1:1. Contrairement à Sevre-Long®, les préparations alternatives n’existent pas en 120 mg mais en 100 mg. Lors de la conversion, le dosage peut donc être légèrement modifié, ce qui ne pose pas de problème en cas de tolérance.
La durée d’action significativement plus courte de M-RETARD® et de MST CONTINUS® implique de répartir le dosage total journalier de ces préparations en au moins deux à trois prises.

Off-label

Sevre-Long® est malheureusement la seule morphine à effet retard autorisée dans le cadre d’un traitement agoniste opioïde, de sorte que la prescription d’une autre morphine à effet retard est off-label, ce dont il faut informer les patients. En effet, par manque de bonne volonté de la caisse d’assurance-maladie, la prescription off-label peut entrainer des coûts inattendus (voir Remarque préliminaire). Selon les informations fournies par le fabricant de KAPANOL®, la demande d’extension de l’indication de ce médicament en cas de TAO est en cours. Les trois préparations alternatives font l’objet d’une expérience clinique concernant leur utilisation dans le cadre d’un traitement agoniste opioïde.

En résumé

  • Substituts recommandés : KAPANOL®, M-RETARD® ou MST CONTINUS®
  • Conversion du dosage total journalier = 1:1
  • KAPANOL® : une prise journalière ; M-RETARD® et MST CONTINUS® : 2 à 3 prises journalières
  • La prescription de KAPANOL®, de M-RETARD® ou de MST CONTINUS dans le cadre d’un TAO est off-label
  • Le SROM (Sevre-Long®) peut présenter un certain nombre d’avantages par rapport à la méthadone, et ce pour des raisons pharmacologiques.
  • L’anamnèse, le status et le contrat thérapeutique suivent une démarche similaire que pour la méthadone. Voir TAO – Début en une consultation (best practice, pour médecins expérimentés) ou TAO – Début en deux consultations.
  • Aide à l’indication différentielle pour le SROM.
  • Des informations sur un TAO par le SROM se trouvent dans les différents chapitres indiqués par des liens.
  • Le SROM est cher que la méthadone. Il est cependant remboursé par les caisses maladies.
  • Les questions peuvent être adressées à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Dans la mesure du possible, nous y répondons dans les 24 heures, du lundi au vendredi.

Pharmacocinétique

  • Prise orale
  • Transformation dans le foie en morphine-3-glucuronide, avec une demi vie plasmatique de 2-4 heures, d’où un faible risque d’accumulation en début de traitement.
  • Une prise quotidienne unique de la forme retard (SROM) permet un taux plasmatique efficace de plus de 24 heures.
  • L’efficacité clinique est atteinte dans un délai de 30 (60) minutes
  • Le pic plasmatique est atteint en 4-6 heures.
  • L’état d’équilibre est atteint en 5 jours.
  • Métabolisme principalement par glucuroconjugaison hépatique (95%), par conséquent les interactions médicamenteuses sont peu probables.
  • Elimination de la majeur partie des glucuronides (90%) par voie urinaire dans les 24 heures.

Mode d’action

  • La morphine, tout comme la méthadone et l’héroïne, est un agoniste pur des récepteurs opioïdes µ (à la source des effets tels que l’euphorie, l’antalgie, la dépression respiratoire et la dépendance)
  • En comparaison avec la méthadone, les effets indésirables semblent moins prononcés et les patients davantage satisfaits par le traitement.

 

Impressum