Sécurité de la remise des TAO (Traitements agonistes opioïdes)

La Loi fédérale sur les médicaments et les dispositifs médicaux. (LPTh) stipule que toute prescription et remise de médicaments doivent se faire en respect des règles reconnues des sciences pharmaceutiques et médicales (Art 26). Le même article stipule aussi qu’un médicament ne peut être prescrit que si l’état de santé du patient est connu.
La remise d’un TAO en officine nécessite une attention particulière, liée au profil de risque des substances administrées et des caractéristiques particulières de la patientèle. Le pharmacien y engage sa responsabilité.

Observation du patient et régularité de la prise

L’observation du patient, ainsi que la régularité de la prise du traitement sont deux paramètres permettant d’évaluer la sécurité de la remise.

Rappel des signes évocateurs de l’état du patient

  • Signes d’intoxication : somnolence, myosis, hypotension, respiration faible ou irrégulière, nausées
  • Signes de manque : frissons, hypersudation, tremblement, rhinorrée, larmoiement, mydriase, diarrhée, nausées, myalgies
  • Signes d’alarme d’un allongement de l’intervalle QT : vertiges, nauséees, syncopes, arythmies, douleurs thoraciques, dyspnées d’effort

Des signes d’intoxication ou d’ébriété doivent alerter le pharmacien. En cas de doute concernant la sécurité de la remise de dose, il contacte le médecin.

Si le médecin est injoignable, il est possible de différer la remise de quelques heures après nouvelle observation du patient. La remise d’une demi-dose peut-être envisagée.
Si le pharmacien remet le TAO au cours des premières semaines suivant l’instauration, il doit être particulièrement attentif au signe d’un surdosage en raison du risque d’accumulation. Ne poursuivre en aucun cas le traitement sans avis médical si suspicion de surdosage.

Informations détaillées sur la détermination du dosage

Vomissements

En cas de vomissements, dans les 15 minutes suivant l’administration, la dose entière peut être prise à nouveau. Si les vomissements ont lieu dans les 30 min, la moitié de la dose peut être réadministrée. En cas de vomissements au-delà de 30 min, il est nécessaire de procéder d'abord à une évaluation clinique. Globalement, la prudence s’impose. Consulter également les Recommandations médicales pour les traitements agoniste opioïdes des patients dépendants aux opioïdes (TAO) (Société Suisse de Médecine de l'Addiction - SSAM, www.ssam.ch.)

Doses perdues ou volées

En règle générale, les doses perdues ou volées ne sont pas remplacées sans accord du médecin. (Pour rappel, la demi-vie de la méthadone (25 h) évite que le patient ressente des symptômes de manque trop importants si l’espacement des doses dépasse 24 h à une occasion donnée).
En cas de problèmes récurrents, une clause de non-remplacement des doses peut-être ajoutée au contrat thérapeutique.

Interruption et reprise d’un TAO

Toute reprise de TAO après une interruption nécessite une réévaluation de la dose par un médecin, en raison du risque de perte de tolérance.

Remise d’un TAO en urgence

  • A. Lors d’une demande urgente de remise d’un TAO par un patient inconnu de la pharmacie, le pharmacien exige la confirmation orale et écrite de la part du médecin prescripteur, ainsi que le nom du patient et la dose journalière précisée en mg.
    • Le pharmacien vérifie que le médecin prescripteur est titulaire d’une autorisation de pratique (vérification possible sur le site www.medregom.admin.ch/FR)
    • Le pharmacien vérifie l’identité de la personne avant la remise du TAO.
  • B. Lors d’une demande urgente de remise d’un TAO par un patient inconnu, et dont le médecin est injoignable, référer le patient au service des urgences de l’hôpital de la région et prévenir ce service.

 

Impressum