Dépendance à un faible dosage

  • La présence d’une dépendance à un faible dosage (dosage équivalent < 20 mg Valium/jour) se retrouve davantage chez des personnes évoluant en dehors du milieu de la consommation des substances illicites.
  • Les situations de crise sont souvent à l’origine d’une première prise de benzodiazépine (crise de nerfs, forts troubles du sommeil en cas de problèmes relationnels, de perte d’emploi ou de décès soudain).
  • Le patient devrait alors être informé qu’il reçoit certes un médicament efficace mais qu’il existe un risque de développement d’une dépendance, et que la prise ne doit donc pas durer plus de 10 jours.
  • Une dépendance peut se développer dès une période de prise régulière de benzodiazépines de quatre à six semaines. Dans des cas plus rares, une dépendance peut également s’installer seulement après des mois voire des années.
    Typiquement, le patient n’a pas l’impression d’une quelconque perturbation et il est ainsi peu motivé pour changer quoi que ce soit à un traitement médicamenteux qui fonctionne et qui a peu d’effets secondaires. Le patient, comme souvent le médecin traitant, ne se rendent pas compte des premiers signes d’une consommation à risques.
  • Il devrait être obligatoire d’informer les patients sur les phases classiques de la dépendance aux benzodiazépines lorsqu’ils débutent un traitement à faible dosage de benzodiazépines. Il convient de prescrire les plus petits conditionnements, et ce, sur ordonnance à validité unique.
  • Si le patient est prêt à un changement de traitement médicamenteux, par exemple à la suite d’un entretien motivationnel, il faut viser un sevrage en milieu ambulatoire.
    Un sevrage en milieu stationnaire doit être envisagé en fonction de la comorbidité psychologique, du soutien apporté par l’environnement psychosocial ainsi que des facteurs à risque concernant les complications liées au sevrage.

 

Impressum