Grossesse

  • Si une benzodiazépine est prescrite à une femme en âge de procréer, celle-ci doit contacter son médecin au sujet de l’arrêt du médicament, si elle souhaite tomber enceinte ou pense l’être.
  • Les benzodiazépines et leurs métabolites traversent la barrière placentaire et ne doivent en principe pas être pris pendant une grossesse (à l’exception de formes d’épilepsie spécifiques).
  • Administration au cours du premier trimestre : certaines études épidémiologiques démontrent un rapport entre la prise de benzodiazépines et la formation de fentes labio-maxillo-palatines.
  • Administration au terme de la grossesse : il existe un risque de développement d’une hypotonie musculaire (Floppy-Infant-Syndrom).
  • Symptômes de sevrage : la prise régulière de benzodiazépines pendant la grossesse peut entrainer l’apparition de symptômes de sevrage chez l’enfant après sa naissance.
  • Il convient de prévoir la naissance en milieu stationnaire, idéalement dans un hôpital où l’expérience est avérée en matière de grossesse/ maladies liées à une dépendance. Un séjour d’hospitalisation postnatale de quelques jours est également conseillé (éventuellement, traitement de sevrage chez l’enfant).

Allaitement

  • Les benzodiazépines passent dans le lait maternel, et il convient de surveiller rigoureusement les nouveau-nés en raison d’un possible effet sédatif.
  • Le nourrisson métabolise mal les benzodiazépines, ce qui provoque une accumulation dans son corps et peut entrainer un Floppy-Infant-Syndromà cause de l’effet myorelaxant.
  • Sauf en cas d’urgence (p.ex. épilepsie chez la mère), il faut donc renoncer aux benzodiazépines durant l’allaitement.

 

Impressum